ado cfm ado club franco-malgache fanorona
(Association Loi 1901)

Le site du FANORONA

(jeu de stratégie national malgache)

Le Vela

Vela signifie dette (la dette du vaincu) et constitue une sorte de rattrapage après une défaite au Riatra (la partie commune ou la partie principale au Fanorona. Voir onglet Fanoron-tsivy règles). Le Vela est une variante du Riatra.

Les ancêtres jouaient au Fanorona pour en découdre au Vela. Aujourd'hui, le Riatra monopolise les parties de Fanorona. A Madagascar même, le Vela reste méconnu du grand public. Peu le pratiquent.

Dès le départ, ou à un moment donné de la rencontre, les joueurs décident de recourir au Vela. Si l'un des joueurs ne donne pas son consentement, il n'y en aura pas.

Une rencontre de Fanorona débute toujours par une partie de Riatra. S'il y a égalité, les joueurs recommencent la partie. Et le cycle continue jusqu'à ce que l'un d'eux s'impose. Le perdant ne peut plus rejouer au Riatra avec son adversaire qu'à la seule condition de se soumettre au Vela et de le remporter. Une égalité au Vela ne compte pas ; il faut simplement recommencer la partie.

On dit que Le vainqueur fait manger le Vela (Mpampihinam-bela) et que Le vaincu mange le Vela (Mpihinam-bela).

Et tout dépend de ce qui a été décidé avant la rencontre. On assiste:
- soit au Vela tsy miteraka (le Vela qui n'enfante pas) : une seule victoire au Vela suffit pour reprendre le Riatra.
- soit au Vela miteraka (le Vela qui enfante) : il faut autant de victoires que de défaites pour se libérer du Vela.

La situation de celui qui mange le Vela (Mpihinam-bela : le vaincu au Riatra) se présente ainsi:

1- Il remporte le Vela.
Il est alors afa-bela (affranchi du Vela). Il peut rejouer au Riatra avec son adversaire.

2- Il s'en sort avec une égalité.
Les deux joueurs sont sahalam-bela (à égalité au Vela). Un match nul au Vela ne compte pas. lls entament une autre partie de Vela.

3- Il accumule les défaites.
Les parties de Vela se suivent et se ressemblent. Il est tsy mahafa-bela (n'arrive pas à se débarrasser du Vela) ou encore matim-bela (terrassé au Vela). Pour s'en sortir, il "paie" le tribut de la défaite : des épreuves dont la plus redoutée consiste à bêler, à quatre pattes, devant le vainqueur, en présence du public (Voir onglet Défaite au Fanorona).

Ado Gascar